JavaScript is required to for searching.
Ignorer les liens de navigation
Quitter l'aperu
Notes de version d'Oracle VM Server for SPARC 2.1     Oracle VM Server for SPARC (Fran├žais)
search filter icon
search icon

Informations document

Préface

1.  Notes de version d'Oracle VM Server for SPARC 2.1

Nouveautés de cette version

Configuration système requise

Plates-formes prises en charge

Logiciels et patches requis

Oracle Solaris OS requis et recommandé

Logiciels requis pour activer les fonctionnalités d'Oracle VM Server for SPARC 2.1.

Patches de microprogramme système requis et recommandés

Version logicielle minimale requise

Configuration matérielle et logicielle requise pour les E/S directes

Conditions préalables à la migration de domaine en direct

Emplacement du logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1

Emplacement des patches

Emplacement de la documentation

Logiciels connexes

Logiciel facultatif

Logiciels compatibles avec le Logical Domains Manager

Logiciels de contrôleur système utilisés avec le logiciel Logical Domains

Assignation de ressources physiques à des domaines

Gestion des ressources physiques sur le domaine de contrôle

Restrictions de gestion des ressources physiques sur les domaines

Mise à niveau du logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1

Problèmes connus

Problèmes d'ordre général

Le mode évitement MMU E/S n'est plus nécessaire

Les termes Processeur de service et Contrôleur système sont utilisés de manière interchangeable

Dans certaines circonstances, il arrive que la configuration du Solaris Volume Manager ou que les métapériphériques du domaine invité soit perdus

Canaux de domaines logiques et Logical Domains

Taille de la mémoire requise

Initialisation d'un grand nombre de domaines

Arrêt et mise sous tension progressive d'un système Logical Domains

Taille de la mémoire requise différente de la mémoire allouée

Persistance des variables Logical Domains

Sun SNMP Management Agent d'Oracle ne prend pas en charge plusieurs domaines

Les conteneurs, ensembles de processeurs et pools ne sont pas compatibles avec la gestion de l'alimentation des CPU

Fault Management (Gestion des pannes)

Reconfiguration retardée

Unités cryptographiques

ldmp2v convert : des messages d'avertissement VxVM durant une initialisation avec cette commande

Fonctionnalité Extended Mapin Space disponible uniquement dans le SE Oracle Solaris 10 8/11 et le SE Oracle Solaris 11

Suppression de l'outil Assistant de configuration graphique

Option de mise à niveau absente lors de l'utilisation de ldmp2v prepare -R

Le bloc de mémoire ajouté de manière dynamique ne peut être supprimé dynamiquement que dans sa totalité

ldmp2v : la méthode d'archivage ufsdump n'est plus utilisée avec cette commande

Restrictions de la migration de domaine

Restrictions de version pour la migration

Restrictions de la CPU pour la migration

Problèmes liés à la MIB Oracle VM Server for SPARC

Valeur de propriété ldomCryptoRpReserved incorrecte

La commande snmptable ne fonctionne pas avec l'option Version 2 ou Version 3

Bogues liés au logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1

init-system ne restaure pas les contraintes de noyau nommé pour les domaines invités depuis des fichiers XML enregistrés

Les noyaux nommés peuvent désactiver toutes les CPU en mode de liaison

SE Oracle Solaris 11 : l'utilisation d'E/S directes pour retirer plusieurs emplacements PCIe d'un domaine principal sur un système SPARC T-Series multisocket peut provoquer une panique pendant l'initialisation

Un domaine principal à noyau partiel pour permettre des transitions DR à noyau complet

Prise en charge de ldmconfig uniquement sur les systèmes Oracle Solaris 10

MIB Oracle VM Server for SPARC est pris en charge uniquement sur les systèmes Oracle Solaris 10.

La migration d'un domaine à mémoire très volumineuse sur un serveur SPARC T4-4s a pour effet de paniquer le domaine sur le système cible.

Suppression d'un grand nombre de CPU du domaine invité

Le mode de threading de la CPU n'est pas restauré après l'annulation de la migration d'un domaine.

Opération d'arrêt d'un domaine à mémoire volumineuse très longue en mode élastique

Impossible d'utiliser les opérations de connexion à chaud de Solaris pour retirer à chaud un périphérique d'extrémité PCIe

install-ldm se bloque lors de son exécution avec un chemin absolu à partir d'un autre répertoire.

La commande ldm add-dev peut créer un alias de périphérique qui n'est plus pris en charge par OpenBoot

La validation de disque virtuel échoue pour un disque physique sans tranche 2

Lorsque la situation incoming_migration_enabled=false se présente, les migrations sortantes échouent

La commande nxge panique lors de la migration d'un domaine invité comportant des périphériques réseau virtuels d'E/S virtuels et hybrides

Ne pas utiliser le logiciel Sun Management Console pour contrôler le système Oracle VM Server for SPARC

Une configuration SP incorrecte est utilisée comme configuration par défaut

Toutes les commandes ldm se bloquent lorsque des ressources NFS partagées sont absentes des migrations

La commande ldmd ne supprime pas les noyaux d'un domaine ayant des noyaux partiels

État de retour incorrect pour une opération de reconfiguration dynamique de CPU ayant échoué sur un domaine initialisé en mode monoutilisateur

Le service d'agent de Logical Domains n'est pas disponible en ligne si le service de journal système n'est pas en ligne

Un interblocage de noyau provoque le blocage de la machine pendant une migration

La stratégie DRM et la sortie ldm list présentent un nombre de CPU virtuelles différent du nombre de CPU virtuelles réellement contenues dans le domaine invité

La gestion des ressources dynamique (DRM) ne parvient pas à rétablir le nombre par défaut de CPU virtuelles pour un domaine migré lorsque la stratégie a été supprimée ou a expiré

Échec de délai d'attente de CPU virtuelles lors de la reconfiguration dynamique

La liaison de domaine échoue lorsqu'un fichier XML présente un moteur de traitement de disque ou réseau non valide

Motif de l'échec de migration non signalé lorsque l'adresse MAC du système entre en conflit avec une autre adresse MAC

Des opérations de migration simultanées dans des directions opposées risquent d'entraîner le blocage de ldm

Suppression d'un grand nombre de CPU du domaine de contrôle

SPARC T3 : Oracle VM Server for SPARC se bloque lors de l'exécution d'opérations de mémoire

Un système sur lequel est définie la fonction de gestion de l'alimentation élastique et exécutant le SE Oracle Solaris 10 8/11 peut se bloquer.

La commande pkgadd ne parvient pas à définir les entrées ACL sur /var/svc/manifest/platform/sun4v/ldmd.xml

SPARC T3-1 : Détection et gestion des disques accessibles via plusieurs voies d'E/S directes

Les opérations de suppression de la reconfiguration dynamique de la mémoire avec plusieurs instances nxge NIU associées peuvent se bloquer indéfiniment et ne pas s'effectuer entièrement

ldmd signale à tort une utilisation à 100 % de la CPU sur un domaine

Les domaines invités ne peuvent pas s'initialiser à partir d'un périphérique DVD exporté

L'exécution de la commande ldm stop -a sur des domaines participant à une relation maître-esclave laisse l'esclave avec l'indicateur défini sur stopping

Impossible de supprimer des unités cryptographiques du domaine principal

La migration d'un domaine invité sur lequel des périphériques réseau virtuels avec des E/S hybrides sont installés entraîne une panique du domaine de service

La migration d'un domaine sur laquelle une stratégie DRM par défaut est active entraîne l'assignation de toutes les CPU disponibles à un domaine cible

Une adresse MAC en cours d'utilisation peut être réaffectée

ldmconfig ne peut pas créer une configuration de domaine sur le processeur de service

La migration non coopérative de domaines Oracle Solaris peut se bloquer si cpu0 est hors ligne

La reconfiguration dynamique de la mémoire est désactivée à la suite de l'annulation d'une migration

Échec possible de la reconfiguration dynamique des valeurs MTU de périphériques réseau virtuel

La DR de la mémoire n'est pas prise en charge avec certaines configurations de mémoire physique

Un domaine migré avec des MAU contient une seule CPU lorsque le SE cible ne prend pas en charge la reconfiguration dynamique d'unités cryptographiques

Le message d'échec de migration concernant de réels échecs de liaison de mémoire d'adresses manque de clarté

La suppression dynamique de toutes les unités cryptographiques d'un domaine entraîne l'arrêt de SSH

La carte fibre 10 Gigabit Ethernet double, PCI Express Atlas affiche quatre sous-périphériques dans la sortie ldm list-io -l

ldm : ces commandes mettent beaucoup de temps à répondre lorsque plusieurs domaines sont initialisés

Il arrive que le domaine invité ne redémarre pas correctement si un système fonctionne en mode élastique de gestion de l'alimentation

Un faux message ds_ldc_cb: LDC READ event s'affiche lors du redémarrage du domaine de contrôle ou d'un domaine invité

Il arrive que les domaines invités ne parviennent pas à établir correctement une connexion des services de domaine au domaine de contrôle

Les périphériques réseau virtuels ne sont pas créés correctement sur le domaine de contrôle

Les cartes NIU/XAUI récemment ajoutées ne sont pas visibles pour le SE hôte si le logiciel Logical Domains est configuré

Panique possible du domaine d'E/S ou du domaine invité lors d'une initialisation à partir de e1000g

Les liaisons de groupe de consoles et de port explicites ne sont pas migrées

La base de données de contraintes n'est pas synchronisée avec la configuration enregistrée

La migration n'échoue pas si un vdsdev a un moteur de traitement différent sur la cible

La migration ne permet pas toujours la liaison de mémoire si la quantité de mémoire disponible est suffisante sur la cible

Le Logical Domains Manager ne démarre pas si la machine n'est pas mise en réseau et qu'un client NIS est exécuté

Le Logical Domains Manager affiche les domaines migrés à l'état de transition lorsqu'ils sont déjà initialisés

Impossible de se connecter à la console d'un domaine migré sauf si le service vntsd est redémarré

Il arrive que l'exécution de la commande uadmin 1 0 à partir d'un système Logical Domains ne retourne pas le système à l'invite OK

Le Logical Domains Manager met parfois plus de 15 minutes pour éteindre un domaine

Si le SE Oracle Solaris 10 10 5/08 est installé sur un domaine de service et que vous tentez une initialisation réseau du SE Oracle Solaris 10 10 8/07 sur un domaine invité du domaine de service, il arrive que l'installation se bloque

ldmd : cette commande peut provoquer un core dump si plusieurs opérations set-vcpu sont effectuées sur le domaine de contrôle alors qu'il est en mode de reconfiguration différée

Les volumes Solaris Volume Manager construits sur la tranche 2 sont incompatibles avec JumpStart lorsqu'ils sont utilisés en tant que périphérique d'initialisation dans un domaine invité

Une installation réseau simultanée de plusieurs domaines échoue lorsqu'il s'agit d'un groupe de consoles commun

La commande scadm peut se bloquer à la suite d'une réinitialisation d'un contrôleur système ou d'un processeur de service

ldc_close: (0xb) unregister failed, 11 Messages d'avertissement

Un domaine invité comportant un nombre trop important de réseaux virtuels sur le même réseau utilisant DHCP peut devenir non réactif

Logical Domains Manager ne retire pas des ressources d'un domaine invité après une panique et un redémarrage

Les variables PROM d'OpenBoot ne peuvent pas être modifiées par la commande eeprom(1M) lors de l'exécution du Logical Domains Manager

Impossible de définir des clés de sécurité durant l'exécution de Logical Domains

Le comportement de la commande ldm stop-domain n'est pas toujours très clair

Blocage possible du SE invité en cas d'opérations simultanées

Il arrive que la reconfiguration dynamique ne parvienne pas à supprimer toutes les CPU demandées

Erreurs identifiées dans la documentation

Référence croisée incorrecte pour les informations de logiciels requis

Description erronée de la commande ldm stop

Nom du package Logical Domains Manager incorrect dans la procédure de mise à niveau

Caractère incorrect dans la commande de synopsis ILOM load

Problèmes résolus

Demandes d'amélioration de Oracle VM Server for SPARC 2.1 satisfaites et bogues corrigés dans le SE Oracle Solaris 10 8/11

Demandes d'amélioration d'Oracle VM Server for SPARC 2.1 satisfaites et bogues corrigés dans Oracle VM Server for SPARC 2.1

Demandes d'amélioration satisfaites et bogues corrigés dans le patch logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1

Configuration système requise

Cette section décrit la configuration système requise pour exécuter le logiciel Oracle VM Server for SPARC.

Plates-formes prises en charge

Lorsque plusieurs versions du logiciel Oracle VM Server for SPARC sont prises en charge sur une plate-forme matérielle, la résolution de bogues s'applique uniquement à la version la plus récente. Pour bénéficier d'une assistance Premier Support, vous devez utiliser le logiciel Oracle VM Server for SPARC le plus récent.

Pour plus d'informations sur les plates-formes, reportez-vous à Oracle Technology Network. Pour plus d'informations sur les piles logicielles pour les différentes plates-formes, reportez-vous à la page Sun System Software Stacks.


Remarque - À partir de Logical Domains 1.3, les plates-formes UltraSPARC T1 ne sont plus prises en charge. Les versions antérieures du logiciel Logical Domains demeurent toutefois compatibles avec ces plates-formes. Par défaut, le SE Oracle Solaris 11 inclut la version 2.1 du Logical Domains Manager, mais pas les changements qui sont fournis dans le Oracle Solaris 11 SRU 4.

Cependant, Logical Domains Manager 2.1 n'est pas pris en charge sur les systèmes UltraSPARC T1.


Le logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1 est pris en charge sur les plates-formes suivantes :

Logiciels et patches requis

Cette section dresse la liste des logiciels et patches requis à utiliser avec le logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1.


Attention

Attention - N’effectuez pas de mise à niveau inférieur vers des versions antérieures des composants de logiciel et de microprogramme. Cela n’est pas conseillé dans la mesure où un comportement inattendu et des pannes pourraient s’ensuivre.


Oracle Solaris OS requis et recommandé

Pour pouvoir utiliser toutes les fonctionnalités du logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1, le système d’exploitation installé sur l’ensemble des domaines doit être, au minimum, le SE Oracle Solaris 10 9/10. Ce système d’exploitation peut être soit l’installation initiale du SE Oracle Solaris 10 9/10 soit une mise à niveau de ce dernier.


Remarque - Pour pouvoir utiliser toutes les fonctionnalités du logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1 sur la plate-forme SPARC T4, le système d’exploitation installé sur l’ensemble des domaines doit être, au minimum, le SE Oracle Solaris 10 8/11.


Le tableau suivant décrit les patches requis avec les versions antérieures du SE Oracle Solaris 10 pour pouvoir utiliser les fonctionnalités d’&CurrProd. Ces patches sont fournis avec le SE Oracle Solaris 10 9/10.

Tableau 1-1 Patches requis pour les versions antérieures du SE et domaines nécessitant un patch

ID du patch
Domaine de contrôle
Domaine de service
Domaine d’E/S
Domaine invité
141514-02 (vntsd)
X
X
 
 
142909-17 (mise à jour du noyau de fonctionnalités Oracle Solaris 10 9/10)
X
X
X
X

Remarque - Cette liste de patches comprend les révisions de patch requises minimales. Vous pouvez installer des révisions plus récentes du même patch.


Logiciels requis pour activer les fonctionnalités d’Oracle VM Server for SPARC 2.1.

Pour activer toutes les fonctionnalités d’Oracle VM Server for SPARC 2.1, vous devez exécuter au minimum la version 7.4.0 du microprogramme du système sur des serveurs UltraSPARC T2 et UltraSPARC T2 Plus. Vous devez exécuter au minimum la version 8.1.0 du microprogramme du système sur des serveurs SPARC T3. Vous devez exécuter au minimum la version 8.1.x du microprogramme du système sur des serveurs SPARC T4. Ce microprogramme est préinstallé sur les serveurs SPARC T4. Pour plus d’informations sur le Oracle Solaris OS requis, reportez-vous à la section Oracle Solaris OS requis et recommandé.

Patches de microprogramme système requis et recommandés

Pour tirer parti de toutes les fonctionnalités d’Oracle VM Server for SPARC 2.1, assurez-vous que votre serveur exécute au minimum les révisions des patches de microprogramme système suivants :

147307-01

Serveurs Sun SPARC Enterprise T5120 et T5220

147308-01

Module serveur Sun Blade T6320

147309-01

Serveur Netra T5220

147310-01

Serveurs Sun SPARC Enterprise T5140 et T5240

147311-01

Serveur Sun SPARC Enterprise T5440

147312-01

Module serveur Sun Blade T6340

147313-01

Serveur Netra T5440

147314-01

Module serveur Sun Netra T6340

147315-01

Serveur SPARC T3-1

147316-01

Serveur SPARC T3-2

147317-01

Serveur SPARC T3-4

147318-01

Serveur SPARC T3-1B

147319-01

Serveur Netra SPARC T3-1

147320-01

Serveur Netra SPARC T3-1

147284-01

Serveur SPARC T4-1

147285-01

Serveur SPARC T4-2

147286-01

Serveur SPARC T4-4

147287-01

Serveur SPARC T4-1B

147289-01

Serveur Netra SPARC T4-1

147290-01

Serveur Netra SPARC T4-2

147292-01

Serveur Netra SPARC T4-1BA


Remarque - Les systèmes SPARC T4 sont fournis avec le microprogramme requis préinstallé.


Version logicielle minimale requise

L’exécution du logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1 est possible avec, au minimum, les versions des autres composants logiciels indiqués dans le Tableau 1-2. Dans une telle configuration, il se peut que certaines des fonctionnalités du logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1 ne soient pas disponibles. En ce qui concerne les environnements de production, il est préférable d’exécuter les versions du microprogramme système recommandées, décrites dans la section Logiciels requis pour activer les fonctionnalités d'Oracle VM Server for SPARC 2.1., ainsi que le SE Oracle Solaris 10 9/10.

Vous pouvez également appliquer une autre stratégie et suivre l'une des procédures ci-dessous :

Vous pouvez continuer à exécuter les domaines invités au niveau de patch existant.

Voici une liste des versions minimales logicielles requises. Le package Oracle VM Server for SPARC 2.1 SUNWldm peut être appliqué à un système exécutant au moins les versions suivantes du logiciel. Les versions logicielles minimales sont propres aux plates-formes et dépendent des besoins de la CPU sur la machine. La version du Oracle Solaris OS minimale requise pour un type de CPU donné s’applique à l’ensemble des types de domaine (contrôle, service, E/S et invité). Reportez-vous à la fiche de présentation de votre plate-forme à http://www.oracle.com/technetwork/documentation/sparc-tseries-servers-252697.html.

Tableau 1-2 Versions minimales du logiciel

Serveur pris en charge
Microprogramme système
Oracle Solaris OS
Serveurs SPARC T4
8.1.x
Reportez-vous à la fiche de présentation de votre serveur SPARC T4.
Serveurs SPARC T3
8.0.x
Reportez-vous à la fiche de présentation de votre serveur SPARC T3.
Serveurs UltraSPARC T2 Plus
7.3
Reportez-vous à la fiche de présentation de votre serveur UltraSPARC T2 Plus.
Serveurs UltraSPARC T2
7.3
Reportez-vous à la fiche de présentation de votre serveur UltraSPARC T2.

Remarque - Sur un domaine invité, vous pouvez exécuter toutes les versions SE prises en charge par la plate-forme.


Configuration matérielle et logicielle requise pour les E/S directes

Pour utiliser la fonctionnalité d’E/S directes (DIO) de manière optimale afin d’assigner des périphériques d’E/S directes à des domaines, vous devez exécuter les logiciels appropriés et utiliser des cartes PCIe prises en charge.

Conditions préalables à la migration de domaine en direct

Oracle VM Server for SPARC 2.1 présente la migration en direct qui procure une amélioration des performances grâce à laquelle un domaine actif peut être migré sans que son exécution soit interrompue. Reportez-vous au Chapitre 9, Migration des domaines du Guide d’administration d’Oracle VM Server for SPARC 2.1.

Pour bénéficier de cette amélioration des performances de migration, les machines source et cible doivent exécuter au moins les versions suivantes des composants logiciels :

En outre, le domaine migré doit impérativement exécuter au minimum le SE Oracle Solaris 10 9/10.

Emplacement du logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1

Vous pouvez télécharger le logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1 à l’adresse http://www.oracle.com/virtualization/index.html.

Le fichier OVM_Server_SPARC-2_1.zip que vous téléchargez contient les éléments suivants :

La structure de répertoire du fichier .zip est similaire à la suivante :

OVM_Server_SPARC-2_1/
   Install/
      install-ldm
   Product/

      SUNWldm.v
      SUNWldmib
      SUNWldmp2v
   README.txt

Emplacement des patches

Vous pouvez rechercher du microprogramme système pour votre plate-forme au http://www.oracle.com/technetwork/systems/patches/firmware/index.html.

Le Logical Domains Manager et les patches Oracle Solaris OS sont disponibles sur le site Web http://support.oracle.com.

Emplacement de la documentation

Le Guide d’administration d’Oracle VM Server for SPARC 2.1, le Manuel de référence d’Oracle VM Server for SPARC 2.1 et les présentes Notes de produit d’Oracle VM Server for SPARC 2.1 sont disponibles à l’adresse suivante :

http://www.oracle.com/technetwork/documentation/vm-sparc-194287.html

Les pages de manuel d’Oracle VM Server for SPARC 2.1 sont installées avec les packages SUNWldm.v et SUNWldmp2v.

Pour plus d'informations sur Oracle Solaris OS , reportez-vous aux bibliothèques sur Oracle Technology Network :