Chapitre 2. Avant de commencer

Ce chapitre présente les conditions préalables à remplir afin de pouvoir suivre les étapes restantes de ce guide.

Matériel

Dans ce guide, un seul hôte est utilisé pour procéder au déploiement complet d'Oracle VDI. Cet hôte fournit tous les outils nécessaires pour exécuter et accéder aux bureaux virtuels, y compris la plate-forme de virtualisation et l'espace de stockage.

L'hôte doit présenter la configuration matérielle minimale suivante :

  • 8 Go de mémoire non volatile (RAM)

    Un volume de 8 Go est suffisant pour exécuter environ six bureaux virtuels.

  • Processeur (CPU) à quatre coeurs x86-64 (64 bits) prenant en charge la virtualisation (Intel VT-x ou AMD-V)

  • 100 Go d'espace disque libre

    Dans ce guide, les bureaux virtuels sont stockés sur un disque local. Mieux vaut utiliser un hôte comprenant au moins deux disques de façon à séparer l'espace de stockage du système d'exploitation. Vérifiez que le disque de stockage présente une capacité suffisante pour stocker vos bureaux virtuels.

  • Carte d'interface réseau de 1 Gbit

Cette configuration requise part du principe qu'il s'agit d'un hôte dédié, strictement réservé à Oracle VDI.

Système d'exploitation

Vous pouvez utiliser Oracle Linux ou Oracle Solaris comme système d'exploitation pour l'hôte.

Les informations suivantes fournissent un récapitulatif des principales exigences uniquement à des fins d'évaluation. Afin de connaître la configuration système détaillée nécessaire aux environnements de production, reportez-vous aux informations suivantes du Guide de l'Administrateur Oracle Virtual Desktop Infrastructure :

La liste suivante récapitule les principales exigences pour les plates-formes Oracle Linux :

  • La version 5.8 or 6.3 d'Oracle Linux est prise en charge.

  • Il faut impérativement utiliser le noyau Unbreakable Enterprise Kernel d'Oracle. A ce jour, il est impossible de procéder au déploiement d'un seul hôte sur un autre noyau.

  • Pour les plates-formes Oracle Linux 5, le jeu de packages par défaut est requis et doit être installé sur l'hôte.

  • Pour les plates-formes Oracle Linux 6, le jeu de packages Desktop est requis et doit être installé sur l'hôte.

    Vous devez également activer le référentiel Oracle Linux 6 GDM Multiseat.

  • Vérifiez que la commande yum est configurée correctement et fonctionne pour pouvoir installer automatiquement les packages requis éventuellement manquants lorsque vous installez Oracle VDI.

    Si vous n'avez pas souscrit au support Oracle Linux et que l'hôte dispose d'un accès à Internet, vous pouvez résoudre les dépendances de packages par le biais du serveur Yum public d'Oracle. Visitez http://public-yum.oracle.com pour plus de détails sur l'activation de l'accès aux référentiels.

    Pour les plates-formes Oracle Linux 6, vous devez télécharger le dernier fichier de configuration yum (http://public-yum.oracle.com/public-yum-ol6.repo) et le copier dans le répertoire /etc/yum.repos.d sur l'hôte. Le dernier fichier de configuration yum contient des entrées pour le référentiel Oracle Linux 6 GDM Multiseat.

  • Vérifiez l'unité de transmission maximale (MTU) de l'interface réseau de loopback.

    Il se peut que les bureaux affichent de faibles performances si la MTU de l'interface réseau de loopback est trop élevée. Vous pouvez vérifier la MTU et la diminuer si nécessaire, en procédant comme suit :

    1. Utilisez la commande ifconfig pour vérifier la MTU actuelle de l'interface de loopback.

      Exemple :

      # /sbin/ifconfig lo
      lo        Link encap:Local Loopback  
                inet addr:127.0.0.1  Mask:255.0.0.0
                inet6 addr: ::1/128 Scope:Host
                UP LOOPBACK RUNNING  MTU:16346  Metric:1
                RX packets:134095573 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
                TX packets:134095573 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
                collisions:0 txqueuelen:0 
                RX bytes:82894163173 (77.2 GiB)  TX bytes:82894163173 (77.2 GiB)
      
    2. Si la MTU est de 8155 octets ou plus, utilisez la commande ifconfig pour la redéfinir sur 8154 octets.

      Exemple :

      # /sbin/ifconfig lo mtu 8154

      Utilisez la commande ifconfig pour vérifier que la MTU de l'interface de loopback a été modifiée.

  • L'hôte doit s'exécuter au niveau d'exécution 5 (mode multi-utilisateur intégral avec interface utilisateur graphique).

  • SELinux doit être désactivé.

La liste suivante récapitule les principales exigences pour les plates-formes Oracle Solaris :

  • Oracle Solaris 10 version 8/11 (mise à jour 10) ou version ultérieure et Oracle Solaris 11.1 ou version ultérieure sont pris en charge.

  • Pour les plates-formes Oracle Solaris 10, le cluster du logiciel Entire Distribution est requis et doit être installé sur l'hôte.

  • Pour les plates-formes Oracle Solaris 11, les packages Oracle Solaris 11 par défaut, fournis via l'éditeur de packages solaris, sont requis et doivent être installés sur l'hôte.

    Vérifiez qu'Image Packaging System (IPS) est configuré correctement et fonctionne pour pouvoir installer automatiquement les packages requis éventuellement manquants lorsque vous installez Oracle VDI.

  • Le système doit s'exécuter au niveau d'exécution 3 (niveau multiutilisateur avec partage des ressources NFS).

  • Si vous utilisez les zones Solaris, il convient de suivre toutes les étapes de configuration décrites dans ce manuel dans la zone globale. Les zones non globales ne sont pas prises en charge.

  • Assurez-vous que l'hôte dispose d'au moins 8 giga-octets (Go) d'espace de swap. Pour plus d'informations sur la configuration de l'espace de swap :

  • Le paramètre zfs_arc_min doit être défini dans le fichier /etc/system. S'il n'est pas défini, définissez-le sur 1 giga-octet (Go) pour commencer (sachant que vous pourrez ajuster ultérieurement cette valeur si les performances système l'exigent). Il est également conseillé de définir le paramètre zfs_arc_max exactement comme le paramètre zfs_arc_min. Pour ce faire, attribuez des valeurs en octets, comme suit :

    set zfs:zfs_arc_min = 1073741824
    set zfs:zfs_arc_max = 1073741824

Autres conditions requises pour l'hôte

Vous devez être en mesure de vous connecter en tant qu'utilisateur root ou de prendre le rôle root (Oracle Solaris) sur l'hôte. L'utilisateur doit disposer d'un répertoire personnel et ce répertoire ne doit pas être partagés entre plusieurs hôtes exécutant VirtualBox.

SSH doit être activé sur l'hôte et doit être configuré de façon à autoriser les connexions établies par l'utilisateur root ou par un utilisateur pouvant prendre le rôle root (Oracle Solaris). Si SSH est configuré pour utiliser un port non standard, assurez-vous de connaître son numéro.

Avant d'installer Oracle VDI, vous devez désactiver le pare-feu sur l'hôte. La configuration requise pourra ainsi s'effectuer. Lorsque vous réactivez le pare-feu, reportez-vous au chapitre Ports et protocoles du pare-feu du Guide de l'Administrateur Oracle Virtual Desktop Infrastructure pour obtenir des détails sur les ports qu'il faudra peut-être ouvrir.

Les hôtes doivent disposer d'entrées DNS (Domain Name System) pouvant être résolues par les clients. La recherche vers l'avant et vers l'arrière DNS de l'hôte doit toujours réussir. Il doit exister un mappage bi-univoque entre la recherche vers l'avant et la recherche vers l'arrière.

L'hôte doit avoir un nom d'hôte fixe et une adresse IP statique. L'hôte ne peut pas être un client DHCP.

Oracle VDI ne prend actuellement pas en charge le multiacheminement IPv6 ou IP (IPMP).

Logiciel Oracle VDI

Il convient de télécharger l'archive logicielle d'Oracle VDI à un emplacement temporaire de l'hôte. Vous trouverez des liens pointant vers les téléchargements et les instructions correspondantes à l'adresse suivante :

http://www.oracle.com/technetwork/server-storage/virtualdesktop/downloads/index.html

Les clients Sun Ray Client sont généralement utilisés pour afficher les bureaux Oracle VDI. Les clients Sun Ray Client sont des périphériques matériels de faible puissance. Pour un accès facile et rapide, ce guide utilise Oracle Virtual Desktop Client pour accéder aux bureaux. Oracle Virtual Desktop Client est un logiciel pouvant remplacer un client Sun Ray Client. Vous trouverez des liens pointant vers les téléchargements d'Oracle Virtual Desktop Client et les instructions correspondantes à l'adresse suivante :

http://www.oracle.com/technetwork/server-storage/sunrayproducts/downloads/index.html

Après avoir téléchargé Oracle Virtual Desktop Client, procédez à son installation. Il est inutile d'installer Oracle Virtual Desktop Client sur le serveur. Vous pouvez l'installer sur votre ordinateur de bureau ou votre ordinateur portable. La plate-forme client doit pouvoir se connecter à votre hôte Oracle VDI. Pour plus de détails sur les plates-formes prises en charge et des instructions d'installation, reportez-vous aux notes de version du client disponibles pour téléchargement à l'adresse suivante :

http://www.oracle.com/technetwork/server-storage/sunrayproducts/docs/index.html

Plate-forme de virtualisation

La plate-forme de virtualisation par défaut d'Oracle VDI est Oracle VM VirtualBox (elle est utilisée dans ce guide).

Si vous connaissez bien VirtualBox et disposez d'une machine virtuelle, ce guide vous présente les procédures à suivre pour préparer cette machine virtuelle en vue de l'utiliser en tant que modèle de bureau.

Si votre machine virtuelle a été préparée sur une autre plate-forme de virtualisation et que vous pouvez l'exporter au format OVF (Open Virtualization Format) ou OVA, ce guide vous indique comment importer une machine dans VirtualBox. Il convient de copier tous les fichiers exportés à un emplacement temporaire de l'hôte.

Si vous ne maîtrisez pas l'utilisation de VirtualBox, ce guide présente les étapes de création d'une machine virtuelle, qui nécessitent le média d'installation. Dans ce guide, Windows 7 est utilisé. Le média d'installation peut prendre la forme d'un CD/DVD physique ou d'une image ISO. Le cas échéant, copiez l'image ISO à un emplacement temporaire de l'hôte. Pour éviter tout problème lié à l'activation de Windows, il est préférable d'avoir une clé de licence de volume Windows adaptée au système d'exploitation de bureau sélectionné.

Répertoire utilisateur

La configuration d'Oracle VDI permet généralement d'exploiter les informations d'un répertoire utilisateur d'entreprise. Ce guide part du principe que vous utilisez Microsoft Active Directory, mais les étapes à suivre pour se connecter à un répertoire utilisateur s'appliquent à n'importe quel annuaire. Vous trouverez plus d'informations sur les annuaires pris en charge dans le Guide de l'Administrateur Oracle Virtual Desktop Infrastructure. Notez l'URL pointant vers l'annuaire en précisant si SSL (LDAPS) est requis pour les connexions. Vous devez également connaître le nom distinctif (par exemple, cn=Jane Doe,cn=Users,dc=example,dc=com) et le mot de passe d'un utilisateur qui dispose d'un accès en lecture à l'annuaire.

Domaine Windows

Dans ce guide, vous allez suivre les étapes requises pour configurer les bureaux Windows en vue d'une connexion automatique et de la préparation rapide d'Oracle VDI. Ces étapes sont facultatives, mais elles garantissent une expérience optimale aux utilisateurs. Dans cette configuration, lorsque des utilisateurs se connectent à Oracle VDI, ils sont automatiquement connectés à leur bureau, qui rejoint lui-même un domaine Windows. Pour que cette opération réussisse, vous devez disposer des informations suivantes :

  • Informations d'identification d'un administrateur de domaine autorisé à créer un compte d'ordinateur et à rejoindre le domaine.

  • Nom distinctif du conteneur qu'utilise Active Directory pour les ordinateurs. Le conteneur par défaut est ou=Computers.

  • Pour Windows Server 2008 (et version ultérieure), il faut savoir si les contrôleurs de domaine sont configurés en lecture seule.

Une fois que vous avez terminé la préparation, vous êtes prêt à installer le logiciel. Le Chapitre 3, Installation du logiciel, indique comment procéder.