JavaScript is required to for searching.
Ignorer les liens de navigation
Quitter l'aperu
Guide d'administration d'Oracle VM Server for SPARC 2.1     Oracle VM Server for SPARC (Fran├žais)
search filter icon
search icon

Informations document

Préface

Partie I Logiciel Oracle VM Server for SPARC 2.1

1.  Présentation du logiciel Oracle VM Server for SPARC

2.  Installation et activation du logiciel

3.  Sécurité

4.  Configuration des services et du domaine de contrôle

Messages de sortie

Création des services par défaut

Création des services par défaut

Configuration initiale du domaine de contrôle

Configuration du domaine de contrôle

Redémarrage pour utiliser domaines logiques

Redémarrage

Activation de la mise en réseau entre le domaine de contrôle/service et les autres domaines

Configuration du commutateur virtuel en tant qu'interface principale

Activation du démon du serveur de terminal du réseau virtuel

Activation du démon du serveur de terminal du réseau virtuel

5.  Configuration des domaines invités

6.  Configuration des domaines d'E/S

7.  Utilisation des disques virtuels

8.  Utilisation des réseaux virtuels

9.  Migration des domaines

10.  Gestion des ressources

11.  Gestion des configurations

12.  Réalisation d'autres tâches d'administration

Partie II Logiciel Oracle VM Server for SPARC facultatif

13.  Outil de conversion physique-à-virtuel Oracle VM Server for SPARC

14.  Assistant de configuration Oracle VM Server for SPARC

15.  Utilisation du logiciel MIB (Management Information Base ) Oracle VM Server for SPARC

16.  Recherche du gestionnaire de domaines logiques

17.  Utilisation de l'interface XML avec le gestionnaire de domaines logiques

Glossaire

Index

Configuration initiale du domaine de contrôle

Initialement, toutes les ressources du système sont allouées au domaine de contrôle. Pour permettre la création d'autres domaines logiques, vous devez libérer certaines de ces ressources.

N'essayez pas d'utiliser la reconfiguration dynamique (DR) de mémoire pour effectuer la configuration initiale du domaine de contrôle. Bien que vous puissiez utiliser la reconfiguration dynamique de mémoire pour effectuer cette configuration sans redémarrage, cela n'est pas recommandé. L'approche de reconfiguration dynamique de mémoire peut prendre un certain temps (plus long qu'un redémarrage) et peut éventuellement échouer. Utilisez plutôt la commande ldm start-reconf pour faire passer le domaine de contrôle en mode de reconfiguration retardée avant de modifier la configuration de la mémoire. Vous pouvez ensuite redémarrer le domaine de contrôle après avoir terminé toutes les étapes de configuration.

Configuration du domaine de contrôle


Remarque - Cette procédure contient des exemples de ressources pour configurer votre domaine de contrôle. Ces nombres sont des exemples uniquement et les valeurs utilisées peuvent ne pas être adaptées à votre domaine de contrôle.


  1. Déterminez si vous avez des périphériques cryptographiques dans le domaine de contrôle.
    primary# ldm list -o crypto primary
  2. Assignez des ressources cryptographiques au domaine de contrôle.

    L'exemple suivant assigne une ressource cryptographique au domaine de contrôle, primary. Cette opération laisse le reste des ressources cryptographiques disponibles pour un domaine invité.

    primary# ldm set-mau 1 primary
  3. Assignez des CPU virtuelles au domaine de contrôle.

    Par exemple, la commande suivante assigne 8 CPU virtuelles au domaine de contrôle primary. Cette opération laisse le reste des CPU virtuelles disponibles pour un domaine invité.

    primary# ldm set-vcpu 8 primary
  4. Démarrez une reconfiguration retardée sur le domaine de contrôle.
    primary# ldm start-reconf primary
  5. Assignez de la mémoire au domaine de contrôle.

    Par exemple, la commande suivante assigne 4 giga-octets de mémoire au domaine de contrôle primary. Cette opération laisse le reste de la mémoire disponible pour un domaine invité.

    primary# ldm set-memory 4G primary
  6. Ajoutez une configuration de machine de domaine logique au processeur de service (SP).

    Par exemple, la commande suivante ajoute une configuration appelée initial.

    primary# ldm add-config initial
  7. Vérifiez que la configuration est prête à être utilisée au prochain redémarrage.
    primary# ldm list-config
    factory-default
    initial [next poweron]

    Cette sous-commande de liste affiche la configuration initial définie qui sera utilisée à la prochaine remise sous tension.