JavaScript is required to for searching.
Ignorer les liens de navigation
Quitter l'aperu
Administration d'Oracle Solaris : Périphériques et systèmes de fichiers     Oracle Solaris 11 Information Library (Fran├žais)
search filter icon
search icon

Informations document

A propos de ce manuel

1.  Gestion des médias amovibles (présentation)

2.  Gestion des médias amovibles (tâches)

3.  Accès aux médias amovibles (tâches)

4.  Gravure de CD et DVD (tâches)

5.  Gestion des périphériques (présentation/tâches)

6.  Configuration dynamique des périphériques (tâches)

7.  Utilisation de périphériques USB (présentation)

8.  Utilisation de périphériques USB (tâches)

9.  Utilisation de périphériques InfiniBand (présentation/tâches)

10.  Gestion des disques (présentation)

11.  Administration des disques (tâches)

12.  Système SPARC : Configuration des disques (tâches)

13.  Système x86 : Configuration des disques (tâches)

14.  Configuration des périphériques de stockage avec COMSTAR

15.  Configuration et gestion du service Oracle Solaris iSNS (Internet Storage Name Service)

16.  L'utilitaire format (référence)

17.  Gestion des systèmes de fichiers (présentation)

Nouveautés relatives aux systèmes de fichiers Oracle Solaris

Outil de contrôle de système de fichiers (fsstat)

Système de fichiers ZFS Oracle Solaris

Emplacement des tâches de gestion du système de fichiers

Présentation des systèmes de fichiers

Types de systèmes de fichiers Oracle Solaris

Systèmes de fichiers basés sur disques Oracle Solaris

Système de fichiers Universal Disk Format (UDFS)

Systèmes de fichiers basés sur réseau

Systèmes de fichiers virtuels

Système de fichiers temporaire

Système de fichiers loopback

Système de fichiers de processus

Systèmes de fichiers virtuels supplémentaires

Attributs de fichiers étendus

Espace de swap

Systèmes de fichiers Oracle Solaris par défaut

Présentation du montage et du démontage des systèmes de fichiers

Table des systèmes de fichiers montés

Table des systèmes de fichiers virtuels

Environnement NFS

NFS version 4

Montage automatique (autofs)

Service SMB Oracle Solaris

Détermination du type d'un système de fichiers

Détermination du type d'un système de fichiers

18.  Création et montage de systèmes de fichiers (tâches)

19.  Extension de l'espace de swap (tâches)

20.  Copie de fichiers et de systèmes de fichiers (tâches)

21.  Gestion des lecteurs de bande (tâches)

Index

Présentation du montage et du démontage des systèmes de fichiers

Avant de pouvoir accéder aux fichiers d'un système de fichiers, vous devez monter le système de fichiers. Lorsque vous montez un système de fichiers, vous le reliez à un répertoire (point de montage) et le rendez disponible pour le système. Le système de fichiers racine (/) est toujours monté. Tout autre système de fichiers peut être connecté au ou déconnecté du système de fichiers racine (/ ).

La plupart des systèmes de fichiers sont montés automatiquement par les services SMF pendant l'initialisation du système. En général, vous n'avez pas besoin de monter ou de démonter les systèmes de fichiers manuellement. Pour plus d'informations sur le montage des différents types de systèmes de fichiers, reportez-vous à la section Montage et démontage de systèmes de fichiers Oracle Solaris.

Lorsque vous montez un système de fichiers, l'intégralité des fichiers et des répertoires des répertoires de point de montage sous-jacents sont indisponibles tant que le système de fichiers est monté. Le processus de montage n'affecte pas ces fichiers de manière permanente. Ils sont à nouveau disponibles lorsque le système de fichiers est démonté. Cependant, les répertoires de montage sont généralement vides de manière à ne pas empêcher l'accès à des fichiers existants.

Pour obtenir des instructions détaillées sur le montage des systèmes de fichiers, reportez-vous à la section Montage et démontage de systèmes de fichiers Oracle Solaris.

Table des systèmes de fichiers montés

Lorsque vous montez ou démontez un système de fichiers, le fichier /etc/mnttab (table de montage) est modifié de manière à établir une liste des systèmes de fichiers actuellement montés. Vous pouvez afficher le contenu de ce fichier à l'aide des commandes cat ou more. Toutefois, vous ne pouvez pas modifier ce fichier. Voici un exemple de fichier /etc/mnttab  :

$ more /etc/mnttab
rpool/ROOT/zfsBE       /       zfs     dev=40d0002     0
/devices        /devices        devfs   dev=9500000     1307562777
/dev    /dev    dev     dev=9580000     1307562777
ctfs    /system/contract        ctfs    dev=95c0001     1307562777
proc    /proc   proc    dev=9540000     1307562777
mnttab  /etc/mnttab     mntfs   dev=9600001     1307562777
swap    /system/volatile        tmpfs   xattr,dev=9640001       1307562777
objfs   /system/object  objfs   dev=9680001     1307562777
sharefs /etc/dfs/sharetab       sharefs dev=96c0001     1307562777
fd      /dev/fd fd      rw,dev=97c0001  1307562811
swap    /tmp    tmpfs   xattr,dev=9640002       1307562812
rpool/export    /export zfs     rw,devices,setuid,nonbmand,exec,rstchown,
xattr,atime,dev=40d0003        1307562818
rpool/export/home       /export/home    zfs     rw,devices,setuid,nonbmand,
exec,rstchown,xattr,atime,dev=40d0004        1307562818

Table des systèmes de fichiers virtuels

La plupart des systèmes de fichiers sont montés automatiquement par un service SMF pendant l'initialisation du système.

Vous pouvez être amené à modifier le fichier /etc/vfstab pour monter des systèmes de fichiers hérités ou pour apporter des modifications au volume de swap ZFS. Pour plus d'informations sur la modification d'un volume de swap ZFS, reportez-vous au Chapitre 19, Extension de l'espace de swap (tâches).

Pour ajouter une entrée pour le montage d'un système de fichiers hérité, vous devez spécifier les informations suivantes :

L'exemple de fichier vfstab suivant provient d'un système fonctionnant avec un système de fichiers racine ZFS.

# cat /etc/vfstab
#device         device          mount           FS      fsck    mount   mount
#to mount       to fsck         point           type    pass    at boot options
#
fd              -               /dev/fd         fd      -       no      -
/proc           -               /proc           proc    -       no      -
/dev/zvol/dsk/rpool/swap -      -               swap    -       no      -
/devices        -              /devices         devfs   -       no      -
sharefs         -              /etc/dfs/sharetabsharefs -       no      -
ctfs            -              /system/contract ctfs    -       no      -
objfs           -              /system/object   objfs   -       no      -
swap            -              /tmp             tmpfs   -       yes     -

Les systèmes de fichiers ZFS sont montés automatiquement par le service SMF pendant l'initialisation. Vous pouvez monter les systèmes de fichiers ZFS à partir du fichier vfstab en utilisant la fonction de montage héritée. Pour plus d'informations, reportez-vous à la section Administration d’Oracle Solaris : Systèmes de fichiers ZFS.

Pour obtenir une description de chacun des champs du fichier /etc/vfstab, ainsi que des informations sur la modification et l'utilisation de ce fichier, reportez-vous à vfstab(4).

Environnement NFS

NFS est un service de système de fichiers distribué pouvant être utilisé pour partager des ressources (fichiers ou répertoires) à partir d'un seul système, habituellement un serveur, avec d'autres systèmes sur le réseau. Par exemple, vous pouvez partager des applications tierces ou des fichiers source avec des utilisateurs sur d'autres systèmes.

Avec NFS, l'emplacement physique réel des ressources n'a plus d'importance pour l'utilisateur. Au lieu de copier les fichiers couramment utilisés sur chaque système, NFS vous permet d'en placer une copie sur le disque dur d'un système et permet aux autres systèmes d'y accéder à partir du réseau. Sous NFS, il est presque impossible de différencier les fichiers distants des fichiers locaux.

Pour plus d'informations, reportez-vous au Chapitre 4, Gestion des systèmes de fichiers NFS (présentation) du manuel Administration d’Oracle Solaris : Services réseau.

Un système devient un serveur NFS lorsqu'il dispose de ressources à partager sur le réseau. Un serveur conserve une liste des ressources actuellement partagées et de leurs restrictions d'accès (telles que les accès en lecture/écriture ou en lecture seule).

Lorsque vous partagez une ressource, vous permettez son montage sur des systèmes distants.

Vous pouvez partager une ressource de plusieurs manières :

Pour obtenir une description complète du NFS, reportez-vous au Chapitre 4, Gestion des systèmes de fichiers NFS (présentation) du manuel Administration d’Oracle Solaris : Services réseau.

NFS version 4

L'implémentation Oracle du protocole d'accès aux fichiers distribués NFS version 4 est incluse dans la dernière version d'Oracle Solaris.

NFS version 4 combine les protocoles d'accès aux fichiers, de verrouillage de fichier et de montage en un seul protocole unifié afin de simplifier les transferts via un pare-feu et d'améliorer la sécurité. L'implémentation Oracle Solaris du NFS version 4 est entièrement intégrée à Kerberos V5 (également appelé SEAM), permettant ainsi de garantir l'authentification, l'intégrité et la confidentialité NFS version 4 permet également la négociation des types de sécurités à utiliser entre le client et le serveur. Grâce à cette fonction, le serveur peut proposer différents types de sécurités aux différents systèmes de fichiers.

Pour plus d'informations sur NFS version 4, reportez-vous à la section Nouveautés du service NFS du manuel Administration d’Oracle Solaris : Services réseau.

Montage automatique (autofs)

Vous pouvez monter des ressources de systèmes de fichiers NFS à l'aide d'un service côté client appelé montage automatique (ou autofs). Le service autofs permet à un système de monter et de démonter automatiquement les ressources NFS chaque fois que vous y accédez. La ressource reste montée tant que vous restez dans le répertoire et que vous utilisez un fichier se trouvant dans ce répertoire. Si la ressource ne fait l'objet d'aucun accès au cours d'une période donnée, elle est automatiquement démontée.

Le service autofs propose les fonctionnalités suivantes :

Le service autofs est initialisé à l'aide de l'utilitaire automount , qui est exécuté automatiquement lorsqu'un système est initialisé. Le démon automountd s'exécute en continu et est responsable du montage et du démontage des systèmes de fichiers NFS, en fonction des besoins. Par défaut, le système de fichiers /home est monté par le démon automount.

Avec autofs, vous pouvez spécifier à plusieurs serveurs de fournir le même système de fichiers. De cette façon, si l'un de ces serveurs est en panne, autofs peut essayer de monter le système de fichiers à partir d'une autre machine.

Pour obtenir des informations complètes sur la configuration et l'administration d'autofs, reportez-vous au Chapitre 5, Administration de système de fichiers réseau (tâches) du manuel Administration d’Oracle Solaris : Services réseau.

Service SMB Oracle Solaris

Le système d'exploitation Oracle Solaris offre une implémentation côté serveur et côté client du protocole SMB (Server Message Block). Cette implémentation prend en charge de nombreux dialectes SMB, tels que NT LM 0.12 et CIFS (Common Internet File System). Les termes CIFS et SMB peuvent être considérés comme interchangeables.

Le serveur SMB Solaris permet à un système Oracle Solaris natif de servir des fichiers sous forme de shares SMB à des clients SMB qui montent des partages de systèmes de fichiers. Un client Windows, Mac OS ou Solaris peut interagir avec le serveur SMB Solaris comme il le ferait avec un serveur Windows. Un serveur SMB Solaris peut fonctionner en mode groupe de travail ou en mode domaine. En mode groupe de travail, le serveur Solaris SMB est responsable de l'authentification locale des utilisateurs lorsqu'un accès à des ressources partagées est demandé. Ce processus d'authentification est appelé connexion locale. En mode de domaine, le serveur SMB Solaris utilise l'authentification d'intercommunication, dans laquelle l'authentification des utilisateurs est déléguée à un contrôleur de domaine.

Pour plus d'informations, reportez-vous à Oracle Solaris Administration: SMB and Windows Interoperability .