JavaScript is required to for searching.
Ignorer les liens de navigation
Quitter l'aperu
Administration d'Oracle Solaris : Services réseau     Oracle Solaris 11 Information Library (Fran├žais)
search filter icon
search icon

Informations document

Préface

Partie I Sujets relatifs aux services réseau

1.  Service réseau (présentation)

2.  Gestion des serveurs cache Web

3.  Services d'horodatage

Partie II Accès aux systèmes de fichiers réseau

4.  Gestion des systèmes de fichiers NFS (présentation)

5.  Administration de système de fichiers réseau (tâches)

6.  Accès aux systèmes de fichiers réseau (référence)

Partie III SLP

7.  SLP (présentation)

8.  Planification et activation de SLP (tâches)

9.  Administration de SLP (tâches)

10.  Intégration des services hérités

11.  SLP (références)

Partie IV Sujets relatifs aux services de messagerie

12.  Services de messagerie (présentation)

13.  Services de messagerie (tâches)

Liste des tâches pour les services de messagerie

Planification de votre système de messagerie

Courrier local uniquement

Courrier local et connexion à distance

Configuration des services de messagerie (liste des tâches)

Configuration des services de messagerie

Configuration d'un serveur de courrier

Configuration d'un client de messagerie

Configuration d'un hôte de messagerie

Configuration d'une passerelle de messagerie

Utilisation de DNS avec sendmail

Modification de la configuration sendmail (liste des tâches)

Modification de la configuration sendmail

Création d'un fichier sendmail.cf

Configuration d'un hôte virtuel

Reconstruction automatique d'un fichier de configuration

Utilisation de sendmail en mode ouvert

Configuration de SMTP pour utiliser le protocole TLS

Gestion de la distribution du courrier à l'aide d'une autre configuration de sendmail.cf

Administration des fichiers d'alias de messagerie (liste des tâches)

Administration des fichiers d'alias de messagerie

Configuration d'une carte mail.alias NIS

Configuration d'un fichier d'alias de messagerie locale

Création d'un fichier de configuration à clé

Gestion de l'alias postmaster

Création d'un alias postmaster dans chaque fichier /etc/mail/aliases local

Création d'une autre boîte à lettres pour postmaster

Ajout de la boîte à lettres postmaster aux alias dans le fichier /etc/mail/aliases

Administration des répertoires de file d'attente (liste des tâches)

Administration des répertoires de file d'attente

Affichage du contenu de la file d'attente de messages, /var/spool/mqueue

Traitement forcé de la file d'attente de messages, /var/spool/mqueue

Exécution d'un sous-ensemble de la file d'attente de messages, /var/spool/mqueue

Déplacement de la file d'attente de messages, /var/spool/mqueue

Exécution de l'ancienne file d'attente de messages, /var/spool/omqueue

Administration des fichiers .forward (liste des tâches)

Administration des fichiers .forward

Désactivation de fichiers .forward

Modification du chemin de recherche de fichier .forward

Création et renseignement du fichier /etc/shells

Procédures de dépannage et conseils pour les services de messagerie (liste des tâches)

Procédures de dépannage et conseils pour les services de messagerie

Test de la configuration de la messagerie

Vérification d'alias de messagerie

Test des ensembles de règles sendmail

Vérification des connexions à d'autres systèmes

Consignation des messages d'erreur

Autres sources d'informations de diagnostic pour la messagerie

Résolution des messages d'erreur

14.  Services de messagerie (référence)

Partie V Sujets relatifs à la mise en réseau série

15.  Solaris PPP 4.0 (Présentation)

16.  Planification de la liaison PPP (tâches)

17.  Configuration d'une liaison PPP commutée (tâches)

18.  Configuration d'une liaison PPP de ligne spécialisée (tâches)

19.  Paramétrage de l'authentification PPP (tâches)

20.  Configuration d'un tunnel PPPoE (tâches)

21.  Résolution des problèmes PPP courants (tâches)

22.  Solaris PPP 4.0 (Référence)

23.  Migration de Solaris PPP asynchrone à Solaris PPP 4.0 (tâches)

24.  UUCP (présentation)

25.  Administration du protocole UUCP (tâches)

26.  UUCP (référence)

Partie VI Utilisation de systèmes distants

27.  Utilisation de systèmes distants (présentation)

28.  Administration du serveur FTP (tâches)

29.  Accès aux systèmes distants (tâches)

Partie VII Sujets relatifs au contrôle des services réseau

30.  Contrôle des performances du réseau (tâches)

Glossaire

Index

Configuration des services de messagerie

Vous pouvez facilement configurer un service de messagerie si votre site n'établit pas de connexion avec des services de messagerie en dehors de votre entreprise ou si votre entreprise se trouve dans un domaine unique.

Deux types de configuration sont nécessaires pour le courrier local. Pour une représentation de ces configurations, reportez-vous à la Figure 13-1 de la section Courrier local uniquement. Deux configurations supplémentaires sont nécessaires pour la communication avec des réseaux situés à l'extérieur de votre domaine. Pour une représentation de ces configurations, reportez-vous à la Figure 12-1 de la section Présentation des composants matériels ou à la Figure 13-2 de la section Courrier local et connexion à distance. Vous pouvez combiner ces configurations sur le même système ou fournir ces configurations sur des systèmes distincts. Par exemple, si les fonctions de vos serveur de courrier et hôte de messagerie sont sur le même système, suivez les instructions de cette section pour configurer ce système en tant qu'hôte de messagerie. Suivez ensuite les instructions de cette section pour configurer le même système en tant que serveur de courrier.


Remarque - Les procédures suivantes de configuration d'un serveur de courrier et d'un client de messagerie s'appliquent lorsque les boîtes à lettres sont montées via NFS. Cependant, les boîtes à lettres sont généralement conservées dans des répertoires /var/mail montés localement, ce qui rend ces procédures inutiles.


Configuration d'un serveur de courrier

Aucune étape particulière n'est nécessaire pour configurer un serveur de courrier servant uniquement le courrier pour les utilisateurs locaux. L'utilisateur doit disposer d'une entrée dans le fichier de mot de passe ou dans l'espace de noms. En outre, pour le courrier à distribuer, l'utilisateur doit avoir un répertoire personnel local pour la vérification du fichier ~/.forward. Pour cette raison, les serveurs d'annuaire personnel sont souvent configurés en tant que serveur de courrier. La section Composants matériels du Chapitre 14, Services de messagerie (référence) fournit plus d'informations sur le serveur de courrier.

Le serveur de courrier peut acheminer le courrier pour de nombreux clients de messagerie. Ce type de serveur doit disposer d'un espace de spool adéquat pour les boîtes à lettres client.


Remarque - Le programme mail.local crée automatiquement des boîtes à lettres dans le répertoire /var/mail la première fois qu'un message est transmis. Vous n'avez pas besoin de créer des boîtes à lettres individuelles pour vos clients de messagerie.

Pour que les clients accèdent à leurs boîtes à lettres, le répertoire /var/mail doit être disponible pour le montage à distance. Sinon, un service comme le protocole POP (Post Office Protocol) ou le protocole IMAP (Internet Message Access Protocol) doit être disponible à partir du serveur. La tâche suivante vous montre comment configurer un serveur de courrier à l'aide du répertoire /var/mail. Cette section ne donne aucune instruction de configuration pour les protocoles POP ou IMAP.


Pour la tâche suivante, assurez-vous que le fichier /etc/dfs/dfstab montre que le répertoire /var/mail est exporté.

  1. Devenez un administrateur.

    Pour plus d'informations, reportez-vous à la section Procédure d’obtention des droits d’administration du manuel Administration d’Oracle Solaris : services de sécurité.

  2. Arrêtez sendmail.
    # svcadm disable -t network/smtp:sendmail
  3. Vérifiez si le répertoire /var/mail est disponible pour l'accès à distance.
    # share

    Si le répertoire /var/mail est listé, passez à l'étape 5.

    Si le répertoire /var/mail n'apparaît pas ou si aucune liste ne s'affiche, passez à la sous-étape appropriée.

    1. (Facultatif) Si aucune liste ne s'affiche, démarrez les services NFS.

      Suivez la procédure, Configuration du partage automatique des systèmes de fichiers, pour utiliser le répertoire /var/mail pour démarrer les services NFS.

    2. (Facultatif) Si le répertoire /var/mail n'est pas inclus dans la liste, ajoutez-le à /etc/dfs/dfstab.

      Ajoutez la ligne de commande suivante au fichier /etc/dfs/dfstab.

      share -F nfs -o rw /var/mail
  4. Rendez le système de fichiers disponible au montage.
    # shareall
  5. Assurez-vous que votre service de noms a été démarré.
    1. (Facultatif) Si vous exécutez NIS, utilisez cette commande.
      # ypwhich

      Pour plus d'informations, reportez-vous à la page de manuel ypwhich(1).

    2. (Facultatif) Si vous exécutez DNS, utilisez cette commande.
      # nslookup hostname
      hostname

      Utilisez votre nom d'hôte.

      Pour plus d'informations, reportez-vous à la page de manuel nslookup(1M).

    3. (Facultatif) Si vous exécutez LDAP, utilisez cette commande.
      # ldaplist

      Pour plus d'informations, reportez-vous à la page de manuel ldaplist(1).

  6. Redémarrez sendmail.
    # svcadm enable network/smtp:sendmail

Configuration d'un client de messagerie

Un client de messagerie est un utilisateur de services de messagerie avec une boîte à lettres sur un serveur de courrier. En outre, le client de messagerie possède un alias de messagerie dans le fichier /etc/mail/aliases qui pointe vers l'emplacement de la boîte à lettres.


Remarque - Vous pouvez également effectuer la tâche de configuration d'un client de messagerie à l'aide d'un service, tel que le protocole POP (Post Office Protocol) ou le protocole IMAP (Internet Message Access Protocol). Cette section ne donne toutefois aucune instruction de configuration pour les protocoles POP ou IMAP.


  1. Devenez un administrateur sur le système du client de messagerie.

    Pour plus d'informations, reportez-vous à la section Procédure d’obtention des droits d’administration du manuel Administration d’Oracle Solaris : services de sécurité.

  2. Arrêtez sendmail.
    # svcadm disable -t network/smtp:sendmail
  3. Vérifiez qu'un point de montage /var/mail existe sur le système du client de messagerie.

    Le point de montage doit avoir été créé au cours du processus d'installation. Vous pouvez utiliser ls pour vous assurer que le système de fichiers existe. L'exemple suivant montre la réponse que vous recevez lorsque le système de fichiers n'a pas été créé.

    # ls -l /var/mail
    /var/mail not found
  4. Assurez-vous qu'aucun fichier n'est présent dans le répertoire /var/mail.

    Si des fichiers de courrier existent dans ce répertoire, vous devez les déplacer afin qu'ils ne soient pas pris en compte lorsque le répertoire /var/mail est monté à partir du serveur.

  5. Montez le répertoire /var/mail à partir du serveur de courrier.

    Vous pouvez monter le répertoire de courrier automatiquement ou à l'initialisation.

    1. (Facultatif) Montez /var/mail automatiquement.

      Ajoutez une entrée, telle que celle présentée ci-après, au fichier /etc/auto_direct.

      /var/mail -rw,hard,actimeo=0 server:/var/mail
      server

      Utilisez le nom du serveur assigné.

    2. (Facultatif) Montez /var/mail à l'initialisation.

      Ajoutez l'entrée suivante au fichier /etc/vfstab. Cette entrée autorise le répertoire /var/mail sur le serveur de courrier qui est spécifié pour monter le répertoire /var/mail local.

      server:/var/mail - /var/mail nfs - no rw,hard,actimeo=0

      La boîte à lettres du client est montée automatiquement chaque fois que le système est réinitialisé. Si vous ne réinitialisez pas le système, tapez la commande suivante pour monter la boîte à lettres client.

      # mountall

      Attention

      Attention - Pour que le verrouillage et l'accès à la boîte à lettres fonctionnent correctement, vous devez inclure l'option actimeo=0 lors du montage d'une messagerie à partir d'un serveur NFS.


  6. Mettez à jour le fichier /etc/hosts.

    Modifiez le fichier /etc/hosts et ajoutez une entrée pour le serveur de courrier. Cette étape n'est pas nécessaire si vous utilisez un service de noms.

    # cat /etc/hosts
    #
    # Internet host table
    #
    ..
    IP-address     mailhost  mailhost  mailhost.example.com
    IP-address

    Utilisez les adresses IP assignées.

    example.com

    Utilisez le domaine assigné.

    mailhost

    Utilisez l'hôte de messagerie assigné.

    Pour plus d'informations, reportez-vous à la page de manuel hosts(4).

  7. Ajoutez une entrée pour le client à l'un des fichiers d'alias.

    Pour obtenir la liste des tâches sur l'administration des fichiers d'alias de messagerie, reportez-vous à la section Administration des fichiers d'alias de messagerie (liste des tâches). Notez que le programme mail.local crée automatiquement des boîtes à lettres dans le répertoire /var/mail la première fois qu'un message est transmis. Vous n'avez pas besoin de créer des boîtes à lettres individuelles pour vos clients de messagerie.

  8. Redémarrez sendmail.
    # svcadm enable network/smtp:sendmail

Configuration d'un hôte de messagerie

Un hôte de messagerie résout les adresses e-mail et réachemine le courrier au sein de votre domaine. Un bon candidat pour un hôte de messagerie est un système qui fournit à votre réseau une connexion à distance ou qui connecte votre réseau à un domaine parent. La procédure ci-après illustre la configuration d'un hôte de messagerie.

  1. Devenez un administrateur sur le système de l'hôte de messagerie.

    Pour plus d'informations, reportez-vous à la section Procédure d’obtention des droits d’administration du manuel Administration d’Oracle Solaris : services de sécurité.

  2. Arrêtez sendmail.
    # svcadm disable -t network/smtp:sendmail
  3. Vérifiez la configuration du nom d'hôte.

    Exécutez le script check-hostname pour vérifier que sendmail peut identifier le nom d'hôte complet de ce serveur.

    % /usr/sbin/check-hostname
    hostname phoenix OK: fully qualified as phoenix.example.com

    Si ce script ne parvient pas à identifier le nom d'hôte complet, vous devez ajouter ce dernier en tant que premier alias de l'hôte dans le fichier /etc/hosts.

  4. Mettez à jour le fichier /etc/hosts.

    Choisissez l'étape qui correspond à votre cas.

    1. (Facultatif) Si vous utilisez NIS, modifiez le fichier /etc/hosts sur le système qui sera le nouvel hôte de messagerie.

      Ajoutez les mots mailhost et mailhost.domain après l'adresse IP et le nom du système de l'hôte de messagerie.

      IP-address mailhost mailhost mailhost.domain loghost
      IP-address

      Utilisez l'adresse IP assignée.

      mailhost

      Utilisez le nom du système de l'hôte de messagerie.

      domain

      Utilisez le nom de domaine développé.

      Le système est maintenant défini en tant qu'hôte de messagerie. Le domaine domain doit être identique à la chaîne qui est donnée en tant que nom de sous-domaine dans la sortie de la commande suivante.

      % /usr/lib/sendmail -bt -d0 </dev/null
      Version 8.13.1+Sun
       Compiled with: LDAPMAP MAP_REGEX LOG MATCHGECOS MIME7TO8 MIME8TO7
                      NAMED_BIND NDBM NETINET NETINET6 NETUNIX NEWDB NIS
                      NISPLUS QUEUE SCANF SMTP USERDB XDEBUG
      
      ============ SYSTEM IDENTITY (after readcf) ============
            (short domain name) $w = phoenix
        (canonical domain name) $j = phoenix.example.com
               (subdomain name) $m = example.com
                    (node name) $k = phoenix
      ========================================================

      Reportez-vous à l'exemple suivant qui montre à quoi le fichier hosts doit ressembler après ces modifications.

      # cat /etc/hosts
      #
      # Internet host table
      #
      172.31.255.255   localhost        
      192.168.255.255  phoenix mailhost mailhost.example.com loghost
    2. (Facultatif) Si vous n'utilisez pas NIS, modifiez le fichier /etc/hosts sur chaque système du réseau.

      Créez l'entrée suivante.

      IP-address mailhost mailhost mailhost.domain loghost
  5. Redémarrez sendmail.
    # svcadm enable network/smtp:sendmail
  6. Testez votre configuration de messagerie.

    Pour obtenir des instructions, reportez-vous à la section Test de la configuration de la messagerie.


    Remarque - Pour plus d'informations sur les hôtes de messagerie, reportez-vous à la section Composants matériels du Chapitre 14, Services de messagerie (référence).


Configuration d'une passerelle de messagerie

Une passerelle de messagerie gère la communication avec les réseaux situés en dehors de votre domaine. Le logiciel de messagerie sur la passerelle de messagerie d'envoi peut correspondre à celui sur le système de réception.

Un système attaché à Ethernet et aux lignes téléphoniques est un candidat pour une passerelle de messagerie. Tout comme l'est un système configuré en tant que routeur vers Internet. Vous pouvez configurer l'hôte de messagerie ou un autre système en tant que passerelle de messagerie. Vous pouvez choisir de configurer plusieurs passerelles de messagerie pour votre domaine. Si vous disposez de connexions UUCP (UNIX-to-UNIX Copy Program), vous devez configurer le(s) système(s) doté(s) des connexions UUCP en tant que passerelle de messagerie.

  1. Devenez un administrateur sur le système de passerelle de messagerie.

    Pour plus d'informations, reportez-vous à la section Procédure d’obtention des droits d’administration du manuel Administration d’Oracle Solaris : services de sécurité.

  2. Arrêtez sendmail.
    # svcadm disable -t network/smtp:sendmail
  3. Vérifiez la configuration du nom d'hôte.

    Exécutez le script check-hostname pour vérifier que sendmail peut identifier le nom d'hôte complet de ce serveur.

    # /usr/sbin/check-hostname
    hostname phoenix OK: fully qualified as phoenix.example.com

    Si ce script ne parvient pas à identifier le nom d'hôte complet, vous devez ajouter ce dernier en tant que premier alias de l'hôte dans le fichier /etc/hosts. Si vous avez besoin d'aide pour procéder à cette étape, reportez-vous à l'Étape 4 de la section Configuration d'un hôte de messagerie.

  4. Assurez-vous que votre service de noms a été démarré.
    1. (Facultatif) Si vous exécutez NIS, utilisez cette commande.
      # ypwhich

      Pour plus d'informations, reportez-vous à la page de manuel ypwhich(1).

    2. (Facultatif) Si vous exécutez DNS, utilisez cette commande.
      # nslookup hostname
      hostname

      Utilisez votre nom d'hôte.

      Pour plus d'informations, reportez-vous à la page de manuel nslookup(1M).

    3. (Facultatif) Si vous exécutez LDAP, utilisez cette commande.
      # ldaplist

      Pour plus d'informations, reportez-vous à la page de manuel ldaplist(1).

  5. Redémarrez sendmail.
    # svcadm enable network/smtp:sendmail
  6. Testez votre configuration de messagerie.

    Pour obtenir des instructions, reportez-vous à la section Test de la configuration de la messagerie.


    Remarque - Pour plus d'informations sur la passerelle de messagerie, reportez-vous à la section Composants matériels du Chapitre 14, Services de messagerie (référence).


Utilisation de DNS avec sendmail

Le service de noms DNS ne prend pas en charge les alias d'individus. Ce service de noms prend en charge les alias d'hôtes ou de domaines qui utilisent les enregistrements Mail eXchanger (MX) et CNAME. Vous pouvez spécifier les noms d'hôte et/ou de domaine dans la base de données DNS. Pour plus d'informations sur sendmail et DNS, reportez-vous à Interactions de sendmail avec des services de noms au Chapitre 14, Services de messagerie (référence), ou à Oracle Solaris Administration: Naming and Directory Services .

  1. Devenez un administrateur.

    Pour plus d'informations, reportez-vous à la section Procédure d’obtention des droits d’administration du manuel Administration d’Oracle Solaris : services de sécurité.

  2. Vérifiez la présence des entrées mailhost et mailhost.domain.

    Utilisez la commande nslookup pour vous assurer qu'une entrée existe pour mailhost et mailhost.domain dans la base de données DNS. Pour plus d'informations, reportez-vous à la page de manuel nslookup(1M).